30/03/2006

Journal 11/2005

 

 

Le mot du Président

 

Pendant que les organisations nationales et internationales s'évertuent, d'une crise à l'autre, à trouver des solutions aux problèmes de répartition des richesses, de l'équilibre financier, du respect des choix politiques, culturels et religieux des peuples, le monde et les modes de communications se transforment. Par contre le contenu ne s'améliore pas ! Les messages véhiculés sur la toile de notre cyber planète ressemblent de plus en plus à des suppositoires médiatiques et pendant que les médias du divertissement s'occupent de leur performance à l'audimat, les J.T., principales sources d'informations du public, sont relégués au rang de "magazines" où l'on  ne trouve que catalogue de catastrophes et faits divers sensationnels.

 

Les informations essentielles, noyées dans un déluge d'informations insignifiantes, sont diffusées par une multitude de médias au contenu identique. L'apparence de l'image souligne plus l'apparence des choses que leurs raisons profondes et les médias donnent l'impression de subir les événements créés par des spécialistes plutôt que de découvrir l'information. Dans ces conditions, le commun des mortels a bien des difficultés de se forger une opinion qui ne soit pas "télé guidée".

 

Les manipulations avérées de l'information semblent mettre la démocratie en danger (et je ne parle que des médias !). Ce constat nous interpelle et, afin d'affuter votre esprit critique, nous allons prochainement aborder cette problématique à travers un cycle de conférences-débats données par des spécialistes connus de l'information.

 

Nous espérons vous y voir nombreux !

 

T. Covolo

18:44 Écrit par serainglaicite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.